3700187646714_1_75

 

A déguster ici : http://www.youtube.com/watch?v=Z9xWafe13i4

Un classique de Jazz de 1965 par le trompettiste Lee Morgan, Oui, je peux, non tu ne peux pas, qui rencontre le génial rappeur Tupac sous les mains platinées de S. Mos.
Cette trompette est merveilleusement aidée d'une batterie et d'un clavier pour former la trio-essence du jazz des sixties.
Ce morceau... c'est la rencontre d'un père et d'un fils, ou même d'un petit fils, deux générations qui communiquent au monde, 30 ans qui les séparent, leur groove communicatif.
J'ai lu récemment la sentence suivante : "la littérature est la preuve que la vie ne suffit pas" de Fernando Pessoa.

Pour ma part, je dirais que : le jazz et ses enfants sont la preuve même qu'une vie groovy suffit !